CACIT | Contre l'impunité au Togo
EMAIL US AT info@cacit.org
CALL US NOW (228)22 36 00 84
Adhérer

1ère édition de la Nuit des droits de l’Homme : OADEL, lauréat de la catégorie « droit à l’alimentation »

IMGP9012Le 18 décembre dernier le CACIT, l’Union Chrétienne des Jeunes Gens (UCJG), la Solidarité Mondiale pour les Personnes Démunies et les Détenus (SMPDD) et les Jeunes Volontaires pour l’Environnement (JVE) ont célébré les défenseurs des droits de l’Homme à travers une soirée de distinction dénommée « La Nuit des droits de l’Homme », à la salle ETI de Ecobank, à Lomé.

Réalisée avec l’appui conjoint du Programme des Nations Unies Pour le Développement (PNUD) et de Brot Für die Welt, en français Pain Pour Le Monde (PPLM) le principal partenaire du CACIT, la 1ère édition de « La Nuit des droits de l’Homme » a primé les meilleurs acteurs dans neuf (9) catégories. Le prix de la meilleure organisation œuvrant en faveur du « droit à l’alimentation » est allé à OADEL, une des associations membres du CACIT dont M. Tata AMETOENYENOU, le Coordonnateur des programmes donne ses impressions sur l’initiative du Collectif à travers l’entretien qui suit.

CACIT : Bonjour M. Tata AMETOENYENOU

Monsieur AMATOENYENOU : Bonjour CACIT

CACIT : OADEL,votre organisation, a été lauréate dans la catégorie « droit à l’alimentation » de la 1ère édition de la Nuit des droits l’Homme organisée par le CACIT.  Vos impressions ?

Monsieur AMATOENYENOU : C’est de la joie et un honneur d’être primé dans cette catégorie. C’est aussi le sentiment du travail bien fait depuis ces nombreuses années que l’OADEL travaille. Cela nous montre aussi que nos efforts n’ont pas été vains et que nos résultats sont positivement appréciés par les autres. Enfin, ce prix nous met dans une situation de défi : en faire autant sinon plus les prochaines années pour mériter toujours la place que nous occupons actuellement dans le domaine de la promotion du droit à l’alimentation au Togo. Il s’agit pour nous de donner plus de résultats et de visibilité à nos actions pour mériter à l’avenir d’autres prix.

CACIT : Quel impact pensez –vous qu’une soirée de distinction des meilleurs acteurs peut avoir sur la promotion et la protection des droits de l’Homme au Togo ?

Monsieur AMATOENYENOU : L’impact d’une telle soirée se lit au niveau de la reconnaissance sociale. En effet, elles sont nombreuses ces organisations de la société civile qui œuvrent dans l’ombre pour les droits humains mais, pour un certain nombre de raisons, elles ne sont pas publiquement reconnues, or la reconnaissance est un facteur d’encouragement à continuer et à mieux faire ; c’est aussi un gage de confiance, car un jury qui vous décerne un prix sur la base de vos résultats passés veut vous dire qu’on croit en vous et que les effets de vos actions contribuent à l’avancée de la société. Ainsi, les organisations qui reçoivent un prix de distinction pour leurs actions de promotion et de protection des droits humains ont une obligation morale de persévérer dans leurs actions.

CACIT : En termes d’organisation, des aspects à améliorer pour les éditions prochaines de la Nuit des droits? 

Monsieur AMATOENYENOU : A l’avenir, il faudra veiller au respect de l’horaire prévu, au bon fonctionnement du matériel vidéo et insister pour que chaque nominé soit présent pour recevoir son prix.

CACIT : Qu’est-ce qui fait l’actualité de l’OADEL en termes d’activités ou d’actions ?

Monsieur AMATOENYENOU : Dans quelques semaines, OADEL va sortir le tout premier livre de recettes culinaires togolaises intégrant l’utilisation des produits locaux dans la préparation des mets gastronomiques. Ce livre sera diffusé dans les cinq régions du Togo et Lomé.

Par ailleurs, OADEL travaille activement à mettre en place dans un certain nombre d’écoles ciblées dans la ville de Lomé, des clubs ALIMENTERRE pour l’éducation des jeunes au droit à l’alimentation et à la nutrition. Bientôt, il y aura un concours de plaidoirie en faveur de la consommation locale et l’édition d’un recueil des textes de plaidoirie qui servira de documents de plaidoyer en faveur de la promotion de la consommation des produits issus de nos terroirs.

CACIT : Votre mot de fin.

Monsieur AMATOENYENOU : Nous remercions le CACIT pour cette initiative de la Nuit des Droits de l’Homme. Nous osons croire qu’elle ne sera pas un feu de paille et que les partenaires techniques et financiers seront toujours présents pour permettre une édition régulière de cette soirée. Quant au public te à toute la population, nous les conseillons conformément à nos objectifs, de consommer chaque fois qu’il est possible les produits locaux togolais, car, pour OADEL, le droit à l’alimentation et à la nutrition commence par là.

Je vous remercie.

 

Poovi AKUE

VIEW ALL POSTS

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.