COMMUNIQUE DE PRESSE/ Le CACIT appelle à la garantie des libertés fondamentales sur toute l’étendue du territoire et se félicite des mesures d’apaisement prises par les autorités

Le CACIT réagit aux mesures d’apaisement annoncées par le gouvernement dans son communiqué rendu public le 06 Novembre 2017..

Lire l’intégralité du Communiqué de presse. COMMUNIQUE DE PRESSE CACIT 09-11-2017

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le CACIT appelle à la garantie des libertés fondamentales sur toute l’étendue du territoire et se félicite des mesures d’apaisement prises par les autorités

 

Le CACIT a pris acte des dispositions du gouvernement en date du 06 novembre 2017  et annoncées comme étant des mesures d’apaisement. Il tient à exprimer son adhésion à toute action tendant à amener un climat de paix dans notre pays. C’est donc positivement que le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) a accueilli les mesures pour  la préservation et le respect effectif de la liberté de manifestation. Le CACIT s’honore du fait que ces mesures ont été recommandées dans sa déclaration liminaire lors de la conférence-bilan sur la situation socio politique actuelle du pays, qu’il a organisé le 02 novembre 2017.

 

Le CACIT se félicite de cette réaction du gouvernement qu’il considère comme une des réponses favorables d’une part à ses inquiétudes par rapport  au  respect des droits de l’homme face au climat d’insécurité et de violences que connait notre pays le Togo depuis le 19 août et d’autre part  à ses recommandations en vue d’une résolution pacifique de la crise.

 

Le Collectif salue donc entre autres :

  • la levée de la mesure de contrôle judiciaire de Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’Opposition dans la procédure des incendies ;
  • la remise en liberté de 42 personnes interpelées, jugées et condamnées par diverses juridictions dans le cadre des récentes manifestations violentes ;
  • la restitution des motocyclettes saisies à Lomé, lors de la manifestation du 7 Septembre ;
  • l’annonce de l’ouverture d’un dialogue avec l’ensemble des partis politiques à Lomé.

 

Le Collectif saisit l’occasion pour demander au gouvernement d’aller plus loin en procédant à une accélération des procédures judiciaires devant aboutir à la libération des personnes détenues arbitrairement dans le cadre des manifestations et dans l’affaire des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara, ainsi que la manifestation de la vérité dans ces affaires.

 

Il tient à rappeler au gouvernement son obligation de garantir la jouissance pleine et entière des libertés  publiques fondamentales sur toute l’étendue du territoire. Pour ce faire, il convie le gouvernement à s’assurer de mettre en place un dispositif sécuritaire dans les zones de vives tensions, notamment Sokodé, Bafilo et Mango tout en prenant en compte la question des libertés fondamentales notamment la liberté de manifester.

Pour finir, le CACIT souhaiterait que le dialogue annoncé se fasse dans les plus brefs délais dans l’intérêt du peuple togolais. Dans ce sens, il appelle la classe politique une énième fois, à un dialogue sincère, constructif et inclusif dont les recommandations porteront des mesures d’application immédiate et effective pour la résolution durable de la crise togolaise.

 

 

Fait à Lomé, le 09 novembre 2017

 

Le Président

 

Spéro MAHOULE

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *