COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT: Le CACIT et l’OMCT appellent à l’adoption urgente de nouvelles mesures pour prévenir et lutter contre la torture au Togo

Lomé, Genève le 14 février 2019 

Au terme de la consultation nationale de la société civile togolaise tenue entre le 29 janvier au 1er février 2019 à Lomé sur la lutte contre la torture au Togo, le CACIT et l’OMCT appelle l’État à prendre toutes les mesures urgentes et adéquates pour se conformer aux dispositions de la Convention contre la torture.

 

Organisée sur financement de l’Union Européenne, de Bröt für di Welt, du Département des affaires étrangères suisse et Irish Aid, la consultation nationale a permis l’organisation d’un atelier, des rencontres avec les acteurs étatiques et partenaires techniques et financiers, des visites de lieux de détention et des émissions. L’atelier ayant meublé la consultation nationale a regroupé une soixantaine d’ONG nationales, de médias, d’acteurs étatiques et a permis d’évaluer la situation actuelle de la prévention et de la lutte contre la torture au Togo. Les discussions serviront de base à la préparation du rapport alternatif de la société civile togolaise à présenter devant le Comité contre la torture.

 

« Nous avons constaté et salué les efforts de l’État visant à criminaliser la torture, les violences faites aux femmes et aux enfants dans le nouveau code pénal. Cependant d’énormes défis demeurent notamment en ce qui concerne les conditions de détention dans les prisons civiles, l’aide juridictionnelle, l’usage disproportionné de la force lors des manifestations publiques, l’application de peines alternatives etc. » a affirmé Ghislain Koffi NYAKU, Directeur Exécutif du CACIT.

 

Pour se conformer entièrement à ses engagements, l’État doit finaliser dans les meilleurs délais, la mise en place des textes et institutions clés chargées de veiller à la prévention et la fin de l’impunité pour les actes de torture.

 

« L’opérationnalisation du Mécanisme national de prévention de la torture (MNP), l’adoption du nouveau Code de procédure pénale et une vraie politique de mise aux standards de la prison civile de Lomé donneront un signal clair de la volonté de l’État de respecter ses engagements en matière de prohibition absolue de la torture » a affirmé Gerald STABEROCK, Secrétaire Général de l’OMCT.

 

Les participants à cet atelier attendent que l’État réalise ces engagements avant la prochaine session du Comité des Nations unies contre la torture en juillet 2019 au cours de laquelle le gouvernement présentera son rapport Togo.

 

               

 

 

Contact presse :

 

Pour le CACIT,                                                    Pour l’OMCT,

Roger AMEMAVOH                                           Iolanda JAQUEMET

Responsable de la communication                        Conseillère en communication

 

E-mail : cacitogo@gmail.com/www.cacit.org     Email : omct@omct.org/www.omct.org

Tel : +228 22 26 53 56/91 39 21 96                     +41(0) 22 809 49 39

Share Button