Un émissaire de la CEDEAO consulte les protagonistes du dialogue politique

Le général Béninois Francis Behanzin, commissaire des affaires politiques, paix et sécurité de la Cedeao, a rencontré hier jeudi 19 juillet à Lomé, des délégations des protagonistes du dialogue politique que sont la coalition des 14 partis de l’opposition, et le gouvernement.

Annoncée quelques jours plus tôt par la presse, cette rencontre était destinée à faire le point de la situation dans le pays, quelques jours après le dernier round du dialogue politique tenu le 27 juin 2018 sous la conduite de Nana Akufo-Affo et d’Alpha Condé, les facilitateurs mandaté par la CEDEAO.

En premier lieu, la délégation de l’opposition a été reçue. A la sortie, Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition, a déclaré que « tout reste à faire ». En effet, selon lui, « il y a 57 personnes encore détenues. Le gouvernement dit avoir libéré 19 personnes mais en réalité, 12 avait déjà fait l’objet de libération provisoire de manière judiciaire. Donc, c’est en réalité 7 personnes seulement qui ont été libérées depuis le passage des Chefs d’Etat à Lomé ».

En effet, la présidence avait annoncé, mardi 17 juin, avoir accordé une grâce présidentielle la veille, à 7 détenus dans le cadre des manifestations depuis aout 2017, et la libération provisoire de 12 autres. Une équipe du CACIT s’était rendue, mercredi, à la prison civile de Lomé et a reçu une liste de 6 personnes libérées selon le régisseur, qui a informé que le 7edétenu était libéré à la prison de Kpalimé.

«Ces mesures témoignent une fois de plus de la volonté manifeste du président de la République, premier Magistrat du pays, de poursuivre les initiatives visant l’apaisement de la situation sociopolitique et la préservation de la concorde nationale, gages de tout développement», avait commenté la direction de l’information et de la communication de la présidence dans son communiqué.

Selon Brigitte Kafui Adjamagbo Johnson, coordinatrice de la coalition, la C 14 a demandé, lors des travaux, la libération du reste des détenues et l’arrêt du processus électoral.

A noter qu’aucune déclaration n’a été faite par les membres de la délégation du parti au pouvoir et du gouvernement, malgré les nombreuses tentatives faites par les journalistes présents sur les lieux.

Pour sa part, l’émissaire de la CEDEAO a expriméà la presse, son satisfecit quant à l’évolution des positions du pouvoir et de l’opposition au sujet de la crise. « Nous avons vu une ouverture d’esprit, un franc parlé et une recherche d’une compassion partagée durant les échanges avec les deux parties », a-t-il déclaré, avant de noter, par ailleurs, une disponibilité des acteurs à sortir de ce « tuyau » qui, a-t-il indiqué, ne fait pas du bien au pays et à toute la sous-région ouest africaine.

En rappel, le général Béninois a été envoyé par les facilitateurs du dialogue politique pour évaluer les mesures prises depuis les dernières assisses du dialogue tenues à Lomé, le 27 juin 2018 en présence des facilitateurs. Ces derniers avaient plaidépour la poursuite des mesures d’apaisement, en attendant le sommet de la CEDEAO qui se tient la semaine prochaine à Lomé.

Nephthali

Share Button