INTERVIEW de Assiba JOHNSON, président de REJADD

Membre du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), le Regroupement des Jeunes Africains pour la Démocratie et le Développement section – Togo (REJADD-TOGO) s’est assigné pour principales missions: la promotion de la gouvernance démocratique, la promotion et la protection des droits et libertés fondamentales de l’homme et la promotion de la culture de l’alternance démocratique et pacifique. Allons à la découverte de cette organisation et de ses activités sur le terrain à travers cette interview  de son président M. Assiba JOHNSON.

Cacit.org : Bonjour M. JOHNSON. Présentez-nous brièvement votre organisation.

A.J : REJADD-Togo est une association de promotion et de protection des Droits de l’Homme au Togo. Il a pour but de contribuer au développement durable, intégral et harmonieux de l’Afrique en général et du Togo en particulier. Depuis 2005, il intervient dans les domaines de la promotion de la démocratie, de l’état de droit et de la bonne gouvernance ; de la promotion  de  la femme et de la protection de l’enfance ; de la santé ; de l’éducation et de la protection de l’environnement. Pour atteindre ses multiples  objectifs, REJADD fonctionne sur la base de six (06) programmes :

  1. Programme promotion de la démocratie, de l’Etat de Droit et de la Bonne Gouvernance (programme  Nelson MANDELA) ;
  2. Programme voyage d’études, camps chantiers et tourisme (Programme Martin Luther KING) ;
  3. Programme Education, Formation et monitoring (programme Léopold Sédar SENGHOR) ;
  4. Programme Promotion de la femme et protection de l’enfance (programme Ellen JOHNSON)
  5. Programme Recherche et protection de l’environnement (programme Barack OBAMA);
  6. Programme Bien-être Social et santé (programme Kwami N’KRUMA).

REJADD est membre de l’observatoire International de la Démocratie Participative (OIDP) et de la Commission d’Inclusion Sociale,  de Démocratie Participative et des droits humains / Cités des Gouvernements Locaux Unis (CISDP/ CGLU).  Il est doté du statut consultatif spécial auprès du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC).  Le REJADD  dispose à ce jour des antennes au Bénin,  au Mali (Récépissé N° 089 MATDAT-DNI du 27 Juin 2012), en Suisse (coordination internationale) et aux Etats Unis.

Cacit.org : En 2016, nous le savons plusieurs actions ont été menées par votre organisation en vue du renforcement de la démocratie. Avez-vous sentie des améliorations ?

A.J : Oui, en 2016, plusieurs actions ont été menées par notre organisation. Nous avons entre autres :

  • participé à la 16ème conférence internationale de L’Observatoire International de la Démocratie Participative (OIDP), tenue les 5 et 6 mai 2016, à Matola, au Mozambique sur le thème  « bonne gouvernance et participation citoyenne inclusive ». Cette conférence nous a énormément enrichi et nous avons pu en tirer des recommandations afin d’améliorer nos interventions sur le terrain ;
  • pris part à la pré-session de la 26èmesession de l’Examen Périodique Universel du Conseil des droits de l’homme des nations unies à Genève. Rappelons que  l’objectif des “Pré-Sessions” est d’offrir aux organisations de la société civile l’opportunité d’informer les représentants des missions permanentes au sujet de la situation des droits humains dans leurs pays. Ce que nous avons pu faire à travers notre participation ;
  • menés des campagnes de sensibilisation pour la lutte contre la vindicte populaire et la peine de mort au Togo et au Bénin avec l’appui technique de la Coalition mondiale contre la Peine de mort ;
  • eu plusieurs rencontres de plaidoyer avec les autorités togolaises sur les questions de décentralisation, démocratie participative et de budget participatif.

Malgré toutes ces actions sus-énumérées ainsi que bien d’autres encore, nous avons constaté malheureusement très peu d’améliorations.

Au plan social, le phénomène de la vindicte populaire pour lequel, nous luttons en vue d’une prise de conscience citoyenne sur ses conséquences  et pour  son éradication complète dans les habitudes de la population togolaise n’a connu qu’une petite régression  par rapport à l’année 2015.

Sur le plan des droits de l’homme, la situation des détenus dans nos prisons reste toujours très  inquiétante malgré nos efforts en faveur de la réduction de la surpopulation carcérale, la mise  en adéquation des structures d’accueil avec les règles minima de modernisation du milieu carcéral, la mise en place des structures sanitaires adéquates au sein des prisons civiles avec un personnel soignant permanent, une alimentation de qualité et des conditions d’hygiènes acceptables.

Au plan politique, le processus de décentralisation enclenché depuis des années,  peine à voir le jour. Pleins de discours sont fait dans ce sens, mais les actions concrètes ne suivent pas. Malgré le statu quo nous n’avons pas cessé de mener nos actions. Ainsi, nous avons eu une rencontre d’échange avec le ministre de la fonction publique,  du travail et de la  réforme administrative, au cours de laquelle nous avons fait part de nos recommandations pour une décentralisation effective dans notre pays. Le gouvernement a récemment annoncé que les élections locales se tiendront en juillet 2018. Nous croisons les doigts pour que cet agenda soit définitivement le bon.

Cacit.org : Quels sont les grands chantiers que REJADD souhaite aborder en cette année 2017 ?

A.J : Les  chantiers du REJADD pour le compte de cette année 2017 sont  très vastes. Mais pour vous donner un bref aperçu, nous comptons renforcer nos interventions sur le terrain à travers la mise en place de cadres d’échange réguliers entre les citoyens (étudiants, acteurs politiques, OSC, leaders communautaires…etc.), l’organisation des sessions de renforcement de capacités sur la démocratie et la bonne gouvernance, la création des clubs citoyenneté dans les établissements scolaires et universitaires au Togo. Nous prévoyons lancer nos activités au Burkina-Faso avec l’installation officielle d’une de nos antennes. 2017 connaitra également le lancement d’une distinction honorifique à l’endroit des personnalités ayant contribué à l’avancée de la démocratie dans le monde  ou ayant œuvré pour le respect, la promotion et la sauvegarde des instruments juridiques des droits de l’homme dans le monde.  La cérémonie de remise des distinctions se tiendra au siège des Nations-Unies à Genève.

Cacit.org : Nous tendons vers la fin du 1er trimestre de cette année, dites-nous quelles sont les actions déjà en cours ?

A.J : Actuellement, nous menons une offensive pour l’abolition complète de la peine de mort au Benin et des séances de sensibilisations auprès de la population togolaise et béninoise sur les conséquences de la vindicte populaire.

.Cacit.org : Avez-vous des premiers résultats sur le terrain ? Rencontrez-vous des difficultés particulières ?

A.J : Oui, nous avons des premiers résultats notamment sur le plaidoyer au Bénin pour l’abolition de la peine de mort. Le Président Béninois, Patrice TALON, a inscrit dans la nouvelle constitution à soumettre au parlement béninois, l’abolition complète de la  peine de mort.

Les groupes touchés par nos diverses séances de sensibilisation sur la vindicte populaire s’engage à nos côtés dans le cadre de cette lutte en organisant des séances de restitution dans leurs différentes communautés afin d’éveiller plus les consciences sur la nécessité d’en découdre avec ce phénomène qui viole les articles 13 de la constitution togolaise et 3 de la déclaration universelle des droits de l’homme.

Des difficultés nous en rencontrons souvent. Ils sont généralement d’ordre technique et financier.

Cacit.org : Parlez-nous de vos relations avec les autres ODDH œuvrant au plan national.

A.J : Le REJADD-TOGO entretient de bonnes relations avec les autres organisations de défense des droits de l’homme au Togo. Au-delà du CACIT, dont il est membre, il appartient à plusieurs regroupements dont la synergie des ODDH pour l’effectivité des  réformes constitutionnelles et institutionnelles au Togo (2014-2015). Il a également fait partie récemment d’une synergie de 14 ODDH qui ont organisé une série d’activités pour demander au gouvernement togolais, la réouverture des chaines LCF et City Fm du groupe Sud Média, fermée par la HAAC. Le REJADD-Togo est membre du Réseau des Organisations de Promotions des Actions Citoyennes au Togo (ROPAC-Togo) qui a exécuté en décembre dernier un projet sur la sécurité routière, intitulé, « Citoyen, amis de la Route », financé par le ministère  de la communication, de la culture, de la jeunesse, des sports et de la formation civique.

Cacit.org : Quel regard portez-vous sur la situation des droits de l’homme en général au Togo ? Des avancées selon vous ?

A.J : Je ne saurai vous dire qu’il y a eu des avancées ou non.  Retenez tout simplement que la situation des droits de l’homme au Togo n’est toujours pas rose malgré les quelques avancées dans certains domaines. Nous notons toujours une sérieuse  restriction  à la liberté de presse et de communication avec la fermeture de certains médias privés et un recul dans les  manifestations publiques. Beaucoup de choses restent à parfaire, le chantier est énorme.

Cacit.org : Que recommandez-vous pour les actions des ODDH puissent connaître plus d’impact ?

A.J : Je recommande tout simplement une plus grande complémentarité et  unité d’actions entre toutes les ODDH au Togo parce que l’on dit souvent que « lorsque les ODDH se divisent, elles font l’affaire des violateurs des droits humains ».

Cacit.org : Un dernier mot ?

A.J : J’invite le gouvernement togolais à opérer les réformes constitutionnelles et institutionnelles préconisées par l’Accord Politique Global (APG), signé le 20  Août 2006  et recommandées par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR). J’exhorte le gouvernement togolais à organiser suivant le délai qu’il a communiqué c’est-à-dire courant 2018, les élections locales pour doter nos villes et communes des élus locaux dans le but de favoriser la bonne gouvernance et la  participation citoyenne  inclusive aux affaires publiques.

Interview réalisée par Firmin Teko-Agbo

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.