La cour pénale internationale, Pour ou Contre les Africains ? Issaka DANGNOSSI dédie un ouvrage à cette problématique!

tof Dedicace livre« LA COUR PENALE INTERNATIONALE A L’EPREUVE DE LA REPRESSION EN  AFRIQUE : des préjugés aux réalités », tel est le titre du Livre de M.Issaka DAGNONSSI, dont la dédicace a réuni  ce mercredi 14 octobre 2015 à 15H00, divers acteurs à l’auditorium de l’université de Lomé. De nos jours, la question du rôle de la Cour Pénale Internationale (CPI) surtout à l’endroit des pays africains est véritablement au cœur des débats ; raison pour laquelle pour M. Manaf BOUKARI, critique littéraire, il vaut mieux poser une question de fond et recentrer le sujet autour des préoccupations qui ont légitimé la création de cette cour.

M. DANGNOSSI Issaka, dans l’explication du contenu de son ouvrage, n’a pas oublié de soulever les insuffisances de la cour pénale internationale ; et pour lui, si la CPI  s’intéresse plus aux pays africains, la raison est toute simple. C’est parce que le continent noir compte en son sein plus de conflits armés, de génocides, signe de la dictature  à peine voilée des dirigeants africains. Mais l’existence de cette institution est tout aussi nécessaire que les problématiques qui l’entourent ; raison pour laquelle pour l’auteur il importe de proposer des pistes de réflexions afin que cette institution soit améliorée dans son fonctionnement ainsi que dans ses actions.

De l’ancien ministre de la justice qui est l’actuel président de la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC), M. Kokou TOZOUN, aux responsables du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN), les responsables du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), ceux du Centre de Droit Public de l’Université de Lomé, aux enseignant chercheurs des deux universités du Togo, les étudiants, les critiques littéraires et les amoureux de la chose littéraire, tous ont répondu présents à ce rendez-vous intellectuel, tourné vers les défis de l’heure.

Une chose est certaine, du moment où les juridictions africaines ne sauront répondre aux défis qui sont les leurs, et mettre ainsi un terme à l’impunité, les « autres » devront décider à leur place. Mais rappelons qu’à part l’Afrique, la CPI ouvre des enquêtes préliminaires sur d’autres continents et dans des pays comme le Honduras, l’Ukraine, l’Afghanistan, la Palestine, pour ne citer que ceux-là.

La bibliographie de l’auteur n’est pas des moindres ; ancien rédacteur au quotidien togolais « Forum de la semaine », membre de CACIT-France (Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo), il a été Président du Bureau des étudiants de l’Institut des Droits de l’Homme de Lyon entre 2010 et 2011. Il a aussi fait des stages au Département de la Justice pénale internationale de Human Rights Watch à New York puis à la division Afrique du HCDH à Génève. Depuis février 2014 jusqu’à ce jour, Issaka Dangnossi entame sa carrière professionnelle en tant que Spécialiste des Droits de l’Homme & Assistant Spécial du Directeur de la Division des Droits de l’Homme (DDH) de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA).

 

 

Bénédicte AFANOU

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.