LES ELEVES DU COMPLEXE SCOLAIRE AKUETE-AKUE, sensibilisés à la prévention et à la gestion des conflits !

IMG_9691La séance de restitution qui s’est déroulée le jeudi 26 Novembre 2015 à l’école privée AKOUETE AKUE situé dans le quartier KODJOVIAKOPE avec les élèves de 5ème et de 4ème, s’inscrit à la suite de l’atelier de formation sur la gestion et la prévention des conflits, auquel deux femmes représentantes chacune le CACIT et l’autre MADEV (Musulmane en Action pour le Développement) ont participé.

Cette formation, organisée par la branche togolaise de la  West Africa Network for Peacebulding (WANEP-TOGO), à l’endroit des organisations féminines, s’est tenue à Notsè du 16 au 18 Novembre 2015 dans l’enceinte de l’Hotel le Berceau.

 Animés essentiellement par Mesdames Laure AMOUSSOU-AMANA du CACIT, et Moustanira TCHATIKPI de l’ONG MADEV, toutes deux bénéficiaires de la formation, et ceci en présence de deux représentants du WANEP, les échanges ont débuté par la présentation des objectifs, des résultats et impacts attendus de cette rencontre ; une présentation faite par M. GADJE Koudjo, chargé de l’Education aux Droits de l’Homme au CACIT et donc préalablement au sein du Complexe.

Les premières bénéficiaires de la formation de WANEP-Togo ont à travers leurs jeux de rôle, questions-réponses et autres outils de formation, attirer l’attention des élèves sur l’égalité des droits et devoirs de la jeune fille et du jeune garçon, afin de donner tous les moyens possibles à la fille de se positionner dans la société car son role n’est pas des moindres dans la prévention et la gestion des conflits dans nos sociétés. Les conflits, qui peuvent surgir aussi bien en milieu scolaire qu’en famille, ou dans leur groupe associatif respectif, comment les gérer à travers la négociation, la médiation, l’arbitrage ou autres moyens…ces différents aspects ont été touché durant les échanges qui n’ont pas laissé les élèves indifférents et qui n’ont pas caché leur enthousiasme relativement au sujet. Leur désir de voir ces genres d’initiatives se réitérer a été la preuve que la séance d’échanges et de partage a porté ses fruits. Cet engouement n’a pas laissé indifférent M. AGBA Kodjovi, l’un des représentants du WANEP qui d’ailleurs l’a exprimé en ces termes : « j’ai été impressionné par la restitution et par l’adhésion de ces jeunes à ces diverses thématiques (…) ».

Pour un changement de comportement et de mentalité pour l’instauration d’une société moderne et durable, ces actions de sensibilisation de la jeunesse à la base sont à mener de façon périodique mais plus fréquemment.

Apéafa DZOKA

Share Button