Mot du Directeur


Avant toutes choses, permettez que je vous souhaite une très bonne année 2017. Que cette nouvelle année permette à tout un chacun de réaliser ses rêves les plus chers et ses désirs les plus profonds.

Ma pensée va tout d’abord à tous ceux qui sont tombés sous le coup de l’injustice, des violations des droits de l’homme au Togo et partout ailleurs dans le monde.

Ma pensée va également à tous ceux qui continuent de souffrir dans leurs âmes, dans leurs esprits et dans leurs corps suite à des atrocités commises à leurs égards. Je leur souhaite la paix en ce début d’année.

Nous avons une grande responsabilité : défendre les droits de l’homme. Et c’est ce que nous faisons depuis plus de 10 ans. Nous avons eu à relever de grands défis. Nous avons eu des succès. Et nous avons connu aussi des bas. Mais l’un de nos vœux les plus en cette année nouvelle, c’est d’arriver à améliorer l’accompagnement des victimes, la coopération avec les autorités et les mécanismes de promotion et de protection des droits de l’Homme. Et nous nous y attelons déjà pour y arriver.

Notre vision reste inchangée : que le crime cesse de se nourrir de l’impunité dans notre pays. Notre vision, c’est d’amener donc les plus Hautes autorités de ce pays à respecter et à faire respecter les textes nationaux et internationaux ainsi que les engagements nationaux et internationaux auxquels le gouvernement a souscrits. Notre vision, bref, c’est de faire respecter les droits de l’homme. Nous nous insurgeons et nous nous insurgerons davantage cette année contre tout acte que ce soit qui viole les droits fondamentaux de l’homme.

Nous essayerons de rappeler comme nous l’avons toujours fait, aux autorités que les victimes de torture sont là. Nous leur rappellerons les piliers de la justice transitionnelle dont le droit à la justice et le droit à la réparation. Nous leur dirons sur ce point d’inscrire la situation des victimes de 2005 dans leur agenda. Ces familles souffrent. Que la décision de la CEDEAO soit mise en œuvre afin que le droit soit dit en faveur de ces togolais qui ont subi les affres de l’histoire.

L’Accord Politique Global qui prescrit les réformes constitutionnelles et institutionnelles de même que les Recommandations de la CVJR attendent. Nous souhaiterions que la Commission qui a pour responsabilité de réfléchir sur le sujet et dont les Membres viennent d’être connus fasse un travail républicain dénué de tout caractère partisan. L’histoire et la génération à venir le lui revaudront.

Au-delà du vote du budget de 2 milliards pour les réparations dans le cadre du processus de justice transitionnelle, le gouvernement est invité à faire vite. Nous interpellons le HCRRUN sur la précarité de la situation des victimes.

Nous promettons suivre de près les travaux du HCRRUN et de la Commission des réformes, et au besoin, apporterons notre contribution.

Toute la Direction exécutive vous souhaite une bonne année et paix dans vos demeures respectives

Le Directeur Exécutif

Ghislain Koffi NYAKU