Nouvelle initiative visant à renforcer la protection contre la torture sur les routes migratoires : L’OMCT et le CACIT lancent un appel à participer à un nouveau groupe de travail SOS-Torture sur « Migration et torture »

COMMUNIQUE DE PRESSE, le 12 septembre 2019

Genève (OMCT), Lomé (CACIT) : L’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) et le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) ouvrent aujourd’hui un appel à participants à l’attention des membres du réseau SOS-Torture ainsi que des partenaires stratégiques d’Afrique ou travaillant avec des migrants africains souhaitant se rapprocher du réseau pour qu’ils rejoignent le nouveau groupe de travail “Migration et Torture”. Cette nouvelle initiative régionale apportera un point de vue indispensable sur la protection contre la torture sur les routes migratoires au départ et à l’intérieur de l’Afrique, grâce à une recherche collective et novatrice et au plaidoyer.

Les images tragiques de migrant (e)s africain(e)s fuyant la torture et d’autres formes de violence, la corruption, la pauvreté et la marginalisation ont changé le monde au cours de ces dernières années.

« Nous devons reconnaître que la torture est omniprésente sur les routes migratoires. La torture est une cause fondamentale pour les personnes qui quittent leur pays, la torture est omniprésente sur les routes migratoires, et le besoin de soutien et de traitement des victimes de torture est essentiel aux politiques de migration et d’intégration lorsqu’elles sont en sécurité », a déclaré Gerald Staberock, Secrétaire Général de l’OMCT.

La communauté internationale s’est montrée en grande partie réticente ou incapable d’établir une protection minimale pour les personnes en mouvement. Il est donc temps pour la société civile de mener des recherches plus détaillées et de faire des recommandations qui, au-delà des causes et des conséquences humanitaires de ces déplacements forcés, puissent améliorer durablement la protection des migrant(e)s contre la torture et les mauvais traitements. Sinon, ils ne seront jamais en sécurité, où que ce soit – ni chez eux, ni sur les routes migratoires, ni dans leurs destinations. Cela ne peut tout simplement pas être toléré.

De nombreux aspects importants de la torture sur les personnes migrantes à l’intérieur et au départ de l’Afrique sont restés particulièrement sous-explorés et sous-étudiés. La généralisation de ce phénomène remet en question l’efficacité des lois et des politiques migratoires existantes sur le continent pour protéger les migrants contre la torture. Le phénomène ainsi que son coût humain restent sous-estimés et se réduisent à quelques statistiques et images virales sur les réseaux sociaux ou à des diffusions épisodiques par les grands médias. « Au sein du réseau SOS-Torture en Afrique et en aussi en Europe, nous pouvons nous servir de nos connaissances et de notre accès unique aux migrants et à des informations de première main, pour réaliser une recherche et fournir des recommandations faisant autorité pour un programme de protection. Nous espérons que notre travail commun pourra construire des alliances et des coalitions plus solides pour informer les décideurs politiques aux niveaux national, régional et international » , a expliqué Ghislain Nyaku, Directeur exécutif du CACIT. Les 12 représentants de la société civile sélectionnés sur la base de cet appel ouvert à destination du réseau SOS-Torture et d’autres partenaires stratégiques constitueront un groupe de travail. Son action comprendra une réflexion collective, une recherche et un plaidoyer pour obtenir un impact plus important. Une première réunion pour définir l’agenda commun est prévue pour octobre/novembre 2019 sur le continent africain.

L’initiative sera menée sous le patronage de Mme Aminata Dieye, membre du Conseil exécutif de l’OMCT et défenseure des droits de l’homme du Sénégal, et cherchera à faire appel à des experts clés du système des droits de l’homme des Nations Unies et de la Commission africaine des peuples et des droits de l’homme.

Veuillez trouver ci-dessous plus d’informations sur les termes de référence et le processus de sélection pour les membres du Réseau SOS-Torture et les partenaires intéressés par cet appel.

Documents pour candidater

Appel à participants

Lettre de motivation

Lettre d’engagement

L’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) est la principale coalition mondiale d’ONG luttant contre la torture et les mauvais traitements. Elle compte plus de 200 membres dans plus de 90 pays. Son secrétariat international est basé à Genève, en Suisse.

Le CACIT est un réseau de 14 associations et ONG non politiques et à but non lucratif au Togo. Sa mission est de contribuer à l’amélioration de la situation des droits de l’homme en offrant des services d’assistance juridique, psycho-médicale, sociale et de formation afin de répondre aux besoins des justiciables.

Pour plus d’informations :

• Pour l’OMCT : Isidore NGUEULEU, Conseiller aux droits de l’homme pour la région Afrique, icnd@omct.org +41 (0) 22 809 49 20

• Pour le CACIT : Ghislain NYAKU, Directeur exécutif du CACIT, ghislainyaku10@gmail.com, + 228 91 60 20 33

Contact presse :

• Pour l’OMCT : Iolanda Jaquemet, Directrice de la Communication, ij@omct.org (+) 41 79 539 41 06

• Pour le CACIT : Roger Amemavoh, Directeur de la Communication roger.amemavoh@gmail.com +228 91 39 21 96

Share Button