Phase deux du programme d’assistance psycho-médicale aux victimes de la torture, le CACIT rencontre les bénéficiaires

Le 26 juin passé est décrétée par l’Assemblée Générale des Nations Unies la journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture.
Plusieurs activités ont été entreprises au cours de cette journée à travers le monde. Le CACIT, pour sa part, avait animé des émissions télévisées et avait organisé des séances de formations sur la question de la torture à l’endroit des détenus à travers « sentinelle », son club d’alerte dans la prison civile de Lomé.

Depuis 2018, l’organisation dans sa ligne directive de protection et de défense des droits de l’homme mène des actions d’accompagnement des victimes de violation des droits de l’homme, particulièrement en faveur des victimes de torture.
Elle offre une prise en charge psycho-médicale, sociale et juridique aux victimes grâce au programme de fonds des Nations Unies pour l’assistance aux victimes de torture. 
Une nouvelle phase de ce programme d’assistance a été lancée ce mercredi 03 juillet au siège du CACIT à Lomé. Elle prend en compte l’ensemble des victimes à assister au cours de l’année 2019.

Cette rencontre, qui a vu la participation d’une cinquantaine de bénéficiaires, vise à renforcer les capacités des nouvelles victimes sur l’entreprenariat et la gestion des activités génératrice de revenus. En outre, il y a eu un partage de témoignage et d’expériences entre les anciens et les nouveaux bénéficiaires, mais aussi une évaluation de l’accompagnement des victimes au cours de l’année 2018 afin de contribuer à l’assistance et à la réhabilitation des victimes de torture.
Il faut rappeler que l’ensemble des femmes des victimes de la torture ont été formées sur l’entreprenariat.

Share Button