Poème d’un Détenu à la prison civile de Lomé : « Obscurité et chaleur (en période de coupure d’électricité) »

Dans le cadre de ses activités de monitoring à la prison civile de Lomé, le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo(CACIT) a recueilli un poème d’un détenu décrivant les conditions de détention dans ce milieu carcéral. Le poème met un accent particulier sur  ce qu’ils endurent lorsque la coupure d’électricité s’invite dans la zone. Une nuit sans électricité à la prison civile de Lomé !.

 

« Obscurité et chaleur (en période de coupure d’électricité) »

Rien n’est autant dégueulasse
Quand l’électricité se casse
Et la chaleur s’installe.

La CEET a coupé le courant
Elle n’est pas au courant
Qu’ici, en prison, c’est enivrant.

Dure dans cette condition
D’avoir une régulière respiration,
Car il faut déjà faire attention
Faute d’une bonne aération.

Pas moyen de bouger
La transpiration a tout mouillé.
Interdit de les fermer,
Nos yeux déchirent l’obscurité
Au rythme du concert dénommé:
Tu tousses, je tousse.

Dans la chaleur et dans l’obscurité,
Le prisonnier  se tord, de douleur
Mais l’attitude de réconfort
C’est le mental en confort
Dans son corps finalement en paix.

A.(Un détenu)

Share Button