Togo : les facilitateurs plaident pour la libération des personnes arrêtées pendant les manifestations

Les facilitateurs du dialogue togolais ont invité, mercredi 27 juin, l’exécutif à poursuivre les mesures d’apaisement par la libération des personnes arrêtées lors les manifestations politiques que le pays connait depuis le 19 aout 2017.

« Ils félicitent le gouvernement pour les mesures d’apaisement déjà prises, et l’encouragent à les poursuivre notamment par la libération des personnes arrêtées pendant les manifestations », lit-on dans le communiqué ayant sanctionné les travaux du dialogue.

Les présidents Ghanéen et Guinéen ont invité, par ailleurs, « le gouvernement à étudier la possibilité d’étendre le droit de manifester à l’ensemble du territoire national dans le respect de l’ordre public et des lois en vigueur, afin de garantir la liberté de manifester ainsi que la sécurité des biens et des personnes ».

En outre, les facilitateurs n’ont pas manqué d’inviter, instamment disent-ils, tous les partis politiques et toutes les forces vives togolaises à s’abstenir de tout acte et de tout agissement susceptible de constituer une menace à la paix et à la stabilité du Togo et de la sous-région.Et de demander aux différentes formations politiques « de faire preuve de retenue pour ne pas compromettre les efforts en cours ».

Rappelons que le dialogue politique togolais a repris mercredi 27 juin à Lomé, avec la présence du Ghanéen Nana Akufo-Addo, et du Guinéen Alpha Condé, tous deux mandatés par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) dans la cadre de la résolution de la crise togolaise.

« Les deux facilitateurs examineront en détail, les différentes préoccupations exprimées, et feront un rapport au prochain sommet des chefs et de gouvernement de la CEDEAO », selon leur communiqué lu par l’Ivoirien Jean-Claude Brou, le président de la Commission de l’organisation.

A noter que la Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) avait félicité, lui aussi, le gouvernement, dans un communiqué en date du 22 juin 2018, pour la libération de quelques 17 détenus dans le cadre des manifestations de l’opposition.

Il avait également rappelé « que d’autres personnes sont toujours détenues dans le cadre de la crise sociopolitique », exhorté « le ministère public à accélérer les procédures afin de statuer sur leurs cas », puis « encouragé le gouvernement à renforcer ces actions d’apaisement en œuvrant pour la libération de ces personnes ».

 

La Rédaction

Share Button