Togo : un groupe de sept organisations de la société civile interpellent les acteurs politiques sur le dialogue du 15 février 2018

En conférence de presse à Lomé, ce mercredi 14 février 2018, WANEP, CNSC, ACAT-TOGO, CACIT, RESFECO-TOGO, CEJP et PAOET ont, dans une déclaration, rappelé les acteurs politiques à leurs responsabilités pour une issue favorable du dialogue du 15 février prochain.

Depuis le 19 août 2017, le Togo est secoué par une crise sociopolitique marquée par des manifestations d’une coalition de 14 (quatorze)  partis politiques de l’opposition qui réclame des réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Cette situation a fait intervenir des Chefs d’Etat du  Ghana et de la Guinée, qui, après une première proposition de date de dialogue aux acteurs, ont amené ces derniers à se mettre d’accord sur le 15 février.

A la veille de ce rendez-vous historique, les sept organisations de la société civile, susmentionnées,  interpellent  la conscience citoyenne et patriotique des acteurs politiques. Elles les convient tous à  aborder les sujets  nécessaires au  règlement définitif de la crise et à mettre en place une feuille de route consensuelle et bien définie.

Par ailleurs, ces organisations invitent les parties prenantes au dialogue à prendre en compte les travaux de la Commission Vérité Justice et Réconciliation ( CVJR) et du Haut Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale ( HCRRUN).

Pour finir, elles invitent  tous les acteurs de la société civile à un rôle d’éveil patriotique pour la préservation de l’intérêt général au cours de ce dialogue.

Pour rappel, la plupart des observateurs soutiennent que le dialogue est la voie idéale pour mettre fin à une crise politique dans la sauvegarde de la paix. Que le dialogue politique togolais du 15 février prochain aboutisse au renforcement de la démocratie et du respect des droits de l’Homme !

Lydie LAMBONI

Share Button